samedi 29 novembre 2008

La Belle Hélène à Graslin hier soir

Je n'avais toujours pas vu cet opéra d'Offenbach. J'aime beaucoup Offenbach. Le premier opéra que j'ai vu était Les contes d'Hoffman à Garnier vers 1970.

J'ai pris bien du plaisir hier soir. Étonnante la mise en scène. Très bien. On se retrouvait en 1900, sur un plateau de tournage de film. C'est la première fois que je trouve que la vidéo est très bien utilisée. J'ai vu des pièces de théâtre au T.U. où le plein dans la vue m'obligeait à fermer les yeux ! Aussi cette année, nous avons supprimé de notre abonnement au T.U. toutes les pièces avec vidéo. Je ne suis pas encore un mutant ! Je sais bien que cette année est doublement l'année Darwin - naissance en 1809, publication de l'Origine des espèces en 1859 - , (et oui, je suis le cours d'histoire des sciences de la vie de Stéphane Tirard au Centre François Viète, faut que je replace ce que j'apprends !) mais il faut du temps. On est "dans le temps long" comme disent les gens d'histoire des sciences et des techniques (encore un bout de replacé !)).

Je constate que la mode est dans l'introduction de dialogues absents de l'oeuvre originale. Et d'y mettre un peu de politique nationale ou locale. On a eu droit hier soir à la Rolleix, et à la braviture. A Toulouse, il y a deux et trois ans, Offenbach avait aussi subi ce traitement. Mais peut-on parler d'anachronisme. Un beau sujet ...futile pour un devoir universitaire.

Désolé, je ne suis pas bon critique. Je me dis que le jour où on sera aussi exigeant dans mon domaine qu'on l'est dans le domaine de la musique et du chant "classique" ... n'est pas encore arrivé.

Pour une critique voir le blog
http://nosce-te-ipsum.over-blog.fr/ (je ne suis pas d'accord avec plusieurs critiques. Mais je ne prends en compte que ma perception d'ignare)

1 commentaire:

Etarcos a dit…

Bonjour,
les "anachronismes" s'il m'ont surpris au début, servent plutôt bien l'œuvre, je trouve. Un opéra-bouffe doit faire rire, et ce but à bien été atteint hier soir.
Je suis plus dubitatif quant à la qualité lyrique de cette production. Je suis loin, très loin d'être un "pro", tout juste un amateur. Ma critique peut sembler sévère, mais je l'ai écrite à chaud, juste après l'interprétation. Avec un peu plus de recul, je serai peut-être un peu moins sévère... Et puis, quelle superbe Hélène, cette Stéphanie d'Oustrac !

 
Site Meter