mardi 19 avril 2016

Un peu de mathématique naïve des ensembles ou le kama-sutra pour les enfants

Vous souvenez vous de l'époque des "maths modernes" ? Je me souviens avoir suivi les cours du CNAM à la télévision. Mais il n'y avait pas de séance d'exercices.

Je suis tombé récemment sur une version illustrée du Kama-Sutra. Et y ai trouvé ces deux tableaux. Deux "tables relationnelles" diront ceux qui sont experts en bases de données !

Le mathématicien dira qu'il s'agit de deux relations (deux ensembles de couples en l'occurrence). Deux sous-ensembles du produit cartésien (restons chastes en évitant le français trop cru) Type de Lingam X Type de Yoni.

Et on peut écrire l'équation suivante :

Non-correspondance = (type de Lingam X type de Yoni) - Correspondance

De nos jours, un livre de maths sans image est un livre anti-pédagogique. Alors voici pour accompagner la leçon. Ce que le télé-enseignement du Cnam de l'ancien temps ne nous offrait pas.


A la Sainte-Chapelle à Paris, on peut voir une sculpture montrant le lingam de Pierre Abélard dans la main d'Héloïse.
Moralité : pas besoin d'aller attraper des mycoses aux pieds lors de visites de temples en Inde !




Pour ceux qui ne connaîtraient pas le sanskri :




Le Conservatoire des Arts et Métiers, Paris, Photos












Une fois en retraite, on a le temps de prendre des photos !











A Paris aussi, des rues ressemblent à des rues de petites villes

Mardi dernier j'ai parcouru des rues proches du Conservatoire des Arts et Métiers à Paris. Je les avais connues lors de mon premier long séjour à Paris en 1969 (stage à GDF, je traversais tous les soirs Paris à pied pour me rendre à la Cité U proche du métro aérien, rue Dareau dans le 14e) comme étant des rues de commerces de vêtements tenus par la communauté juive du quartier. Maintenant ce sont les Chinois qui ont acheté les commerces. Et les Chinois partent à Aubervilliers. Bien des boutiques sont maintenant fermées. Étonnant ! on se croirait dans une ville "de province" où les centres sont désertés pour les grandes surfaces de la périphérie.




Il y a même des maisons qui, comme celle où j'ai vécu à St-Yrieix pendant 18 ans, ont mis au jour leurs pans de bois.






L'amphi "Abbé Grégoire" (ancien amphi C) du CNAM à Paris

L'amphi C, longtemps appelé "Amphi Neuf" construit de 1845 à 1847
Inauguration en présence des deux fils du roi Louis Philippe.
La rénovation a été achevée en 1982.
Je me souviens du nom du directeur du Cnam d'alors, Jean Saurel.
Nantes avec Michel Cailler - physicien du métal, ancien de l'ENSM, premier chef du département informatique de l'IUT -  allait alors avoir son centre associé du Cnam qui a commencé à vivre au 3 rue Maréchal Joffre (site de l'ENSM, devenue Ecole Centrale, et de l'IUT).


La loge royale en bas à gauche

Le plafond

La loge royale en bas à gauche

C'est dans cet amphi qu'étaient enregistrés les cours d'informatique de Paul Namian. J'ai suivi ces cours à la télévision le samedi après-midi vers 1970. J'avais fait venir les cours papier. Vers 1965, j'ai suivi les cours de RTS promotion sur le récepteur tout neuf acheté par mes parents quand j'ai quitté la maison pour aller faire "mes études" à Limoges.



"Le CNAM s'est comporté avec du retard mais de façon atypique dans les années 1960 et 1970. Il a recruté ses deux premiers professeurs dans l'industrie. Le premier Paul Namian, ingénieur, ancien de l'équipe des CAB de la SEA devient chargé de cours en 1964, puis professeur titulaire en 1968. Clin d'œil de l'histoire, son ancien directeur, François-Henri Raymond devient son collègue en 1974. Et pourtant, malgré les efforts de Paul Namian, le CNAM a maintenu jusqu'au début des années 90 un département unique 'Mathématiques-Informatique' où les mathématiciens étaient majoritaires et qui n'avait pratiquement aucune relation avec l'électronique et l'automatique. Les enseignements d'électronique dans les filières d'informatique, imposés par Paul Namian, ont progressivement disparu à l'occasion de chaque réforme. Le seul enseignement fait par le département d'informatique à l'usage du secteur secondaire, enseignement d'informatique industrielle B, a été suspendu en octobre 1998 à Paris et supprimé ensuite. Aujourd'hui l'informatique est seule, la pluridisciplinarité dans les filières d'informatique a totalement disparu mais, paresse ou habitude aidant, les forums d'orientation où sont accueillis les futurs élèves réunissent toujours mathématiques et informatique face à face ou côte à côte."
source :

et les cours de mathématiques sur les ensembles
Le professeur René CHENON, titulaire de la chaire de mathématiques au CNAM, expose l'objet et le contenu du cours d'initiation aux mathématiques modernes proposé par le Conservatoire national des arts et métiers.Il présente les personnes invitées à suivre ce cours : Monsieur de BERANGER, ingénieur qui s'occupe du traitement de l'information en entreprise, Madame Catherine LEHMANN, professeur agrégée de philosophie, et Monsieur THEODORE, spécialisé dans les questions d'analyse numérique.Puis il commence la première leçon, 







La phrase qui charmera votre conjointe

" Porc frais de mes pensées"

Le Marquis de Sade dans une lettre à sa femme, lu dans

Annie Le Brun (1), Les châteaux de la subversion, tel, Gallimard

P.S.

Elle plaira certainement aux "culs-noirs", les habitants et habitantes de Saint-Yrieix-la-Perche qui ont pris le nom de leurs cochons.


(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Le_Brun

Signez la pétition pour le Palais de la Découverte

http://palais-decouverte.eitic.org/index2.php


http://www.sapade.org/Petitions/index.php?petition=2&signe=oui

et ses démonstrations merveille de pédagogie.

Autre chose que les écrans (souvent en panne) de La Vilette !

vendredi 8 avril 2016

"L'histoire illustrée de l'informatique" de Emmanuel Lazard et Pierre Mounier-Kuhn

Histoire illustrée de l'informatique

Préface de Gérard Berry, Professeur au Collège de France

 
EDP Sciences - Collection : Hors Collection - mars 2016

Comment fut inventé l’ordinateur ?
Comment notre monde s’est-il numérisé ?
Qui sont les héros de cette aventure ?
Comment s’inscrit-elle dans l’évolution de l’humanité ?
Connaître l’histoire de l’informatique relève désormais de la culture générale.
De la machine d’Anticythère au cyberespionnage et aux Big Data, des cartes perforées à l’Internet, des tabulatrices aux tablettes, ce livre vous propose un voyage dans le temps, une archéologie de notre environnement numérique.
Laissez-vous emporter dans cette lecture fabuleuse, où chacun retrouvera ou découvrira ces merveilleuses créations de l’esprit humain.

Histoire illustrée de l'informatique De Emmanuel Lazard et Pierre Mounier-Kuhn - EDP Sciences

copie de
http://laboutique.edpsciences.fr/produit/846/9782759818198/Histoire%20illustree%20de%20linformatique

Un avis ici :

http://www.laurentbloch.org/MySpip3/spip.php?article329&lang=fr

" Have we learned from the Wasa disaster ? "

http://videotorium.hu/en/recordings/details/1674,Have_we_learned_from_the_Wasa_disaster

mardi 5 avril 2016

" Le projet THERESE" de Jean-Marie PENDIBIDU, Université de Picardie septentrionale

http://pauillac.inria.fr/~xleroy/stuff/therese/therese.html

"

Presentation

THÉRÈSE (TERabit RESeau) is a project built around a powerful local network with high transmission speed. A lot of goodies have been incorporated to the product in order that it can be used as a general multi-purpose tool in such areas as software engineering, artificial intelligence, robotics, office automation, VLSI design, fundamental mechanics, theoretical physics, applied mathematics, computer assisted education, high speed satellite communications, performance evaluation, general system theory, reliability, high resolution graphics, public messages, private massages, fast Fourier transform, personal computing, image processing, etc... Moreover my taylor is rich. A first publication of this paper has appeared in the BIGRE bulletin."

Extraits de l'article :

"Il était également nécessaire d'étudier soigneusement les modalités d'accès au réseau. Il fallait en particulier éviter les collisions, qui auraient pu faire de gros dégâts, étant donnée la vitesse à laquelle circulent les bits. Nos études nous ont conduit à réaliser une interface répondant au schéma de la figure 3. L'interface ainsi conçue est portable, fiable, faisable et aimable: en un mot, conviviale. Plus généralement, THÉRÈSE sera un modèle de convivialité."

Les ostensions limousines 2016

http://limoges.cef.fr/diocese/ostensions-2016/

et tous nos billets sur les Ostensions limousines septennales

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/tag/ostensions/

lundi 4 avril 2016

"Le 10 mai 1940, le surréalisme était descendu sur terre"

" Le 10 mai 1940, le surréalisme était descendu sur terre, pas l’œuvre des
poètes absurdes qui se prétendent tels et qui sont tout au plus des
sous-réalistes puisqu'il prônent le subconscient, mais l’œuvre consciente
du Christ, le seul poète du surréel. Il n'a jamais écrit une ligne. Il
agit. Et chacun en prenait pour son grade. Si jamais j'avais eu la foi,
c'est ce jour-là que j’aurais dû être touché par la grâce.
Feu, flammes, fumées. Bombes qui attisaient les incendies. Ponts, chemin
de fer, écluses sautaient, et sur les routes, les grandes armées alliées
qui s'avançaient dans le champ des moteurs et le casque fleuri et qui
devaient le soir même être couchées parmi les morts. Bruxelles et
Amsterdam se sauvaient en quatrième vitesse dans un crissement de pneus,
une féérie de fin du monde, sous un soleil implacable et par beau temps
fixe. Vision biblique, sans parler des pleurs muets des petits enfants
perdus dans la tourmente. Batailles perdues, morts, malades abandonnés
dans un hôpital qui brûlait, orphelins divagants, fous lâchés en liberté,
vaches qui beuglaient de douleur parce que personne ne venait les traire
dans les champs, essence qui pissait devant un garage dont le propriétaire
avait fui sans fermer le robinet dans sa hâte. C'était de l'hystérie. Le
soleil était arrêté.
Non, le 10 mai, l'homme n'était pas à la hauteur de l'événement. Dieu. Par
au-dessus, le ciel était comme un cul aux fesses luisantes et le soleil un
anus enflammé. Que pouvait-il sortir d'autre que de la merde ? Et l'homme
criait de peur. Mais Jésus l'a dit : "Ne comprenez-vous pas que tout ce
qui entre dans la bouche s'en va dans le ventre et est jeté aux lieux
secrets ?" "Ne comprenez-vous pas...?" demande Jésus. Et Baudelaire
déclare : "Tout est prière. Quand un démocrate chie, il dit qu'il prie" Et
c'est ainsi qu'en juin 40, sortant du Sacré-Coeur de Montmartre, où il
s'était rendu officiellement avec son gouvernement à la manque, un Paul
Reynaud, ce patron de la Sainte-Morve, pouvait déclarer toute honte bue,
mais deux chandelles lui coulant du nez : "Je crois au miracle !"

Blaise Cendrars, Le Lotissement du ciel, éd. Folio, p. 120


https://fr.wikipedia.org/wiki/Blaise_Cendrars

dimanche 3 avril 2016

Joseph de Cupertino, patron des examens universitaires et des étudiants

On m'écrit :

C'est le facétieux et révérend père Benoît XIV, homme que je tiens pour le
plus grand rigolard de son époque, qui a proclamé saint de l’Église
universelle Joseph de Cupertino, patron des examens universitaires et des
étudiants courbés sur leur feuille de copie, la langue entre les dents.
Joseph de Cupertino était idiot (au sens étymologique), ne pouvait pas
retenir une prière, savait à peine lire et écrire, et avait la tête
tellement pleine d'air qu'il lévitait ! et pour rentrer chez les
franciscains, s'est contenté de répondre à l'examinateur de théologie :
"Amen". En réponse à chaque question !
Il a été admis premier, et son bonnet d'âne s'est miraculeusement
transformé en chapeau de docteur.

Nous, professeurs, avons d'édifiantes leçons à tirer de cette histoire !


Henri a compris que j'étais en train de lire Le Lotissement du Ciel de
Blaise Cendrars.
L'ouvrage contient d'ailleurs de magnifiques descriptions d'oiseaux (St
François d'Assise oblige), "

 
Site Meter