lundi 8 février 2016

De la misère en milieu enseignant

De la misère en milieu enseignant
TÉMOIGNAGE. Suite au suicide d'un de leurs collègues stagiaires, des enseignants du collège Hubertine Auclert de Toulouse ont écrit une « lettre ouverte » glaçante.
Mercredi 27 janvier, Vincent, jeune enseignant stagiaire en mathématiques, décide de mettre fin à ses jours. Choquée, l'équipe pédagogique réagit aujourd'hui aux différentes réactions lues et entendues, notamment celle du secrétaire général adjoint de l'académie, niant les conditions de travail auxquelles les professeurs doivent faire face au quotidien.
Lettre ouverte
Notre jeune collègue de mathématiques a mis fin à ses jours mercredi 27 janvier 2016. Il avait 27 ans et commençait tout juste dans le métier. Vincent était professeur stagiaire en mathématiques, tout comme Anne-Marie, comme Alice en français, ou Ana et Georges en anglais. 


L'équipe enseignante avait pourtant demandé au Rectorat, en juin dernier, de ne plus affecter de stagiaires dans notre collège.



 Personne ne peut ignorer les conditions difficiles dans lesquelles nous exerçons notre métier: 

insultes, 
incivilités, 
coups portés sur les adultes, 
dégradations des locaux,
 déclenchements incessants de l'alarme incendie, 
violence dans la cour, en classe ou devant le collège,
 harcèlements conduisant certains élèves à des absences répétées voire à des départs de notre établissement.

 Il se tient dans le collège plus de 15 conseils de discipline par an, et tout autant ne sont pas tenus pour faire baisser les chiffres... Il faut regarder les choses en face.


En quatre ans nous avons obtenu la création d'un poste supplémentaire de CPE. Or depuis notre dernière audience au rectorat en 2014, la situation, déjà préoccupante à l'époque, s'est fortement aggravée. L'Équipe Mobile de Sécurité a fait acte de présence de temps à autre, en simple observateur dont nous n'avons jamais lu les conclusions. Rien de plus. Aucun label ZEP, REP, Eclair ou autre, qui permettrait d'alléger les effectifs en classe, d'apporter des réponses à la violence et aux difficultés des élèves. On nous dit que le label fait peur, qu'il risque de pousser certains élèves vers le privé, de faire disparaître pour de bon la mixité sociale. Dans les faits, de nombreux élèves de CM2 évitent notre collège et partent dans le privé. D'autres le quittent en cours d'année, excédés, effrayés par le comportement des camarades et l'absence, de la part de l'institution, de réponse rassurante et de nature proprement éducative. Les professeurs stagiaires, l'an dernier, ont démissionné: celui de mathématiques en décembre 2014 puis celle de français en janvier 2015. Personne ne s'en est ému.
En septembre dernier, ils étaient cinq stagiaires, emplis d'espoir et d'appréhension à la fois, mais la foi a vite cédé la place au désenchantement et à l'angoisse la plus profonde. La réalité du terrain est cruelle: confrontation permanente au bruit et à l'indiscipline, difficulté voire impossibilité de faire cours, furie des élèves dans les couloirs, dans la cour de récréation ou au réfectoire, violence verbale et physique à l'encontre des adultes ou des élèves eux-mêmes, mépris affiché de l'autorité. Les rapports s'amoncellent, symptôme de l'impasse dans laquelle l'institution se trouve. Au final, quelle solitude pour chacun lorsqu'il se retrouve seul dans sa salle de classe! Quelle absence de reconnaissance de la part de notre hiérarchie, nous renvoyant sans cesse à notre responsabilité individuelle, remettant en cause nos compétences, nous rappelant que nous sommes « des professionnels et non des personnes » alors même qu'on nous somme d'incarner « la bienveillance » en toute situation! On nous punit même comme des enfants! On nous interdit même, dans une telle situation, l'exercice de notre droit de retrait!
Le soutien apporté par le collège n'aura pas suffi à aider Vincent. Aujourd'hui nous crions notre colère et notre désespoir. Quelle réponse nous est faite? Le secrétaire général adjoint de l'académie, M. Jean-Jacques Vial, a témoigné dans la presse locale, il considère que lier ce suicide à nos conditions de travail relève d'un «raccourci un peu grossier». L'article qualifie le collège Hubertine Auclert (affublé d'une belle faute d'orthographe) d'«établissement pas connu pour être compliqué». Quel mépris pour notre métier et le travail accompli! Quelle méconnaissance de la situation de notre établissement, alors même que le Rectorat est en possession de l'état des lieux déplorable dressé en 2014! Par ailleurs on nous propose un soutien psychologique individuel, là où nous dénonçons un dysfonctionnement institutionnel.
Le jour de ses obsèques, nous avons appris que Vincent était malade: son dossier médical n'était pas un secret pour l'institution. En toute connaissance de cause, il n'aurait jamais dû être envoyé dans notre collège. Le métier d'enseignant requiert une solidité certaine. Mais à l'heure où il faut absolument mettre des adultes dans les classes, on fait peu de cas de la santé mentale de chacun. Professeurs stagiaires, contractuels ou titulaires sont placés çà et là, qu'ils connaissent, ou pas, la réalité du terrain, qu'ils soient préparés, ou pas, à vivre les situations les plus déstabilisantes, qu'ils aient les épaules, ou pas, pour esquiver les coups. Une fois la porte de la classe fermée, les souffrances sont étouffées: on nous demande coûte que coûte de garder tous les élèves en classe, y compris ceux qui nous insultent et qui empêchent le cours de se dérouler. Et même si les souffrances parviennent jusqu'en salle des professeurs, muselées, elles ne passent pas la porte de l'établissement. Les enseignants souffrent en silence. Nos ministres nous imposent sans cesse de nouvelles réformes, comme des réponses à tous les maux. Nos pratiques pédagogiques ne sont jamais les bonnes, nous sommes, dit-on, responsables de ce qui nous arrive...
En tout cas, nous nous sentons collectivement responsables du décès de notre collègue. Personne n'a su préserver son intégrité physique et morale; personne, surtout pas le grand appareil de l'État.
Combien de Vincent faudra-t-il pour qu'on entende enfin la douleur des enseignants?
Un collectif de professeurs du collège Hubertine Auclert de Toulouse, le 1er février 2016
http://www.politis.fr/articles/2016/02/de-la-misere-en-milieu-enseignant-34064/

Mais chut, chut. Ouf, heureusement que des manifs pour l'enseignement privé comme celle qui a eu lieu à Nantes au début des années 80 ont eu lieu. Je me souviens d'une sono du tonnerre diffusant le cœur des esclave de Verdi, Va pensiero. Je l'ai répété ici, jamais autant de profs du public n'ont mis leur enfant dans le privé. Ça, les frondeurs du PS, la gauche en général n'en parle. Et quand on en parle - j'ai fait à chaque campagne électorale - j'ai droit à des regards fuyants et au cadeau d'un tract.
Je passe chaque jour devant les portes d'écoles, de collèges. Je peux constater l'évolution de ceux (publics) où sont allés mes enfants. Et je peux aussi constater le mercredi midi que l'arrêt de bus devant des collèges privés est plein de jeunes dont beaucoup de la "diversité". Finalement, peut-être une voie d'intégration ! positivons.


On a laissé tomber les exigences du "service public" de l'école. Et depuis pas mal de temps de l'université, tout en se gargarisant du mot "excellence".

Mais tout va bien. Henri IV, Louis-le-Grand, Normal Sup, l'X, etc. ce sont bien des établissements publics.

La privatisation des établissements publics pour la classe dirigeante c'est un grand classique. Pour faire des coquetels, des pincefesses. Y a pas plus beau que Garnier. J'en conviens.


dimanche 7 février 2016

Sur l'orthographe française

1) La réforme n'aura AUCUN effet positif sur la maîtrise du français et sur l'orthographe pratiquée. Peut-être même un effet négatif du fait de l'existence de deux orthographes. Quand on sait que certains au niveau dit universitaire, écrivent "des rosent", ne font pas la différence entre infinitif et participe passé, etc., il est clair que "LE" problème n'est pas dans les traits d'union et l'accent circonflexe.

2) Avec le retour de la réforme sur le devant de la scène, on peut lire une bonne dose de conneries sur les forums. Conneries parfois difficilement lisibles du fait d'écritures d'une fantaisie étonnante. L'orthographe, la grammaire c'est une atteinte à la liberté, c'est du fascisme. Ou encore, ça empêche de faire de l'informatique ! on n'en a pas besoin pour faire des sciences, etc.

3) Non, il n'est pas nécessaire qu'une langue change pour qu'elle soit vivante. Il est des langues fort vivantes qui n'ont presque pas bougé depuis des siècles ce qu' a rappelé Michel Zink ce matin sur Francinter (nouvelle orthographe).

4) Si les Français écrivent n'importe comment, comment les "non native french speakers" qui font l'effort de lire le français pourront les comprendre ? Je me souviens de collègues britanniques qui n'arrivaient pas à trouver les mots, tels qu'écrits par certains de mes étudiants, dans leur dictionnaire français/anglais. Normal ! Aujourd’hui ils ne pourraient suivre que bien peu de discussions sur les "réseaux sociaux"

5) Oui, il existe des incohérences dans notre vocabulaire écrit. Et les supprimer peut être une bonne chose. Certes on peut y trouver une fantaisie, une coquetterie.Un exemple d'incohérence, connecter vs connexion (à noter qu'en anglais, connexion s'écrit connection)

6) A partir du moment où presque tous les élèves français ignoreront tout du grec et du latin, tout de l'histoire de notre langue... comme leurs enseignants de ... français, il est certain que notre vocabulaire écrit paraîtra totalement fantaisiste. Forcément un truc pour écraser le peuple.
N'entendez-vous pas dire actuellement que si on a deux orthographes autorisées, on pourra repérer les gens du peuple - sous-entendu, c'est le peuple qui aura l'orthographe réformée ? Ah ! Mes grandmères (1) (au diable le trait d'union, il faut le réserver à l'orthographe du Oueb ! ben couillon ! le fameux "tiret" du "6") n'avaient pas leur certificat d'études mais NE faisaient pas de fautes d'orthographe. Je me souviens quand la mère de ma mère, alors très âgée, a fait une (une pas deux) faute dans un écrit,  ma mère l'a immédiatement repérée et s'en est inquiétée. Le malheur c'est que depuis des décennies, les enseignants ont reçu des consignes pour laisser filer. Et ça a réussi. La coupure sociale n'a jamais été aussi importante. 
Vous souvenez-vous quand le terme "intello" est devenu une insulte ? Ça faisait sourire dans les milieux "intellos". Moins chez les enseignants "de base".

Donc, je suis pour qu'on commence à travailler sur une orthographe à l'italienne. On n'y trouve pas de noms commençant par "ph". Je regretterai le "h" (des collègues m'appelaient "h carré"). Dans un dictionnaire italien, le "h" ne tient guère plus d'une page. Vive l'ortografia, l'ortofonia, l'ortogonale, l'ortodossia, l'ortopedia !

7) On pourrait penser qu'aujourd'hui, avec les vocabulaires en ligne (et même les correcteurs grammaticaux) l'accent circonflexe, le nénuphar etc, ne sont pas une difficulté. L'ennui c'est que, pour beaucoup, c'est tout le vocabulaire du français qui est LA difficulté. Je demandais à mes étudiants d'informatique (je dois préciser ) pourquoi ils n'utilisaient pas les correcteurs. Ils me répondaient qu'ils les désactivaient car ils s'arrêtaient à tous leurs mots !

LA solution, la voici : n'autoriser que la saisie vocale des textes. Supprimer les claviers.

Et ce faisant, je suis sûr que bientôt il sera demandé de rendre l'enseignement conforme à l'évolution "technique" (ben oui, " c'est la faute à l'ordinateur", ça marche toujours !) et de supprimer l'apprentissage de la lecture. Car qu'est-ce que la lecture sans la maîtrise de l'écriture ? Plus personne ne lira. Ce sera enfin la fin de Dieu, Allah et consorts. Fini les guerres au nom d'un dieu ou même de plusieurs. Fini le "in God we trust". Il restera le "In Gold we trust" et tout le monde sera d'accord.

En nous aurons enfin la cinquième génération de l'informatique. Nous en rêvions, elle arrive.

Avant on disait "je n'arrive pas à exprimer mes besoins pour que l'ordinateur les prennent en compte". On dira alors "je ne sais pas ce que je veux, ordinateur, peux-tu me le dire".

Et l'on n'entendra plus cette réflexion d'élève à l'enseignant "Ah ! s'il faut réfléchir, alors !"


(1) Etant toujours embêté avec les accords pour les noms composés avec le trait d'union, je vois bien tout l'intérêt de cette réforme. Quand on a fait un peu d'allemand on est habitué aux concaténations de noms sans traits d'union.


=====================================
On m'écrit :

Je suis d'accord avec tout.

J'ajoute : il y a toujours, et il y a toujours eu, une très grosse épreuve
d'histoire de la langue française au Capes et aux agrégations de lettres.
A l'oral pour les lettres classiques, et à l'écrit pour les lettres
modernes. Cette épreuve est vraiment sérieuse et très sélective. MAIS le
ministère (Peillon) nous a demandé de la supprimer, au moment de la
réforme des Capes. Le jury a refusé, malgré les pressions [...]

Du coup, l'épreuve existe toujours, mais le ministère nous a
imposé un coef. fort amoindri. (Pour les concours, le ministère a hélas la
main sur les coef., le jury ne peut rien dire).

C'est donc devenu un problème, alors que cela ne l'était pas autrefois.
Quand j'ai passé les concours, il fallait 1 an pour "avaler" les manuels
de phonétique historique. Dur, dur. On ne faisait que cela de toute
l'année. Mais cela rapportait gros ! C'était précisément l'épreuve qui
permettait de faire la différence, car en littérature on avait tous plus
ou moins le même niveau. Aujourd'hui, l'épreuve de phonétique historique
rapporte UN point ! Les étudiants ne sont pas fous. Ils ne vont pas passer
un an à avaler de gros manuels compliqués pour UN point. Pour obtenir un
concours qui est aujourd'hui... donné...

Mon stagiaire me disait l'autre jour : il y a 5 ans, la librairie U. avait
6 casiers d'étagère sur l'histoire de la langue. Il y a deux ans : 4,5
casiers. Aujourd'hui : 1,5 "

samedi 6 février 2016

Ostensions limousines 2016

Qui veut défiler à St-Junien ?

http://www.ostensions-saint-junien.fr/cort%C3%A8ge/

Qui veut acheter des fioles d'odeur de sainteté ?

https://wordpress.com/post/leplatusseur.wordpress.com/795

Tout savoir sur les ostensions :

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/tag/ostensions/

vendredi 5 février 2016

Une arnaque pour les abonnés à Free, la nouvelle pêche à la ligne



Assistance technique & Service facturation
:

 Tel: 3544 (0.34 euros TTC à partir d'une ligne fixe)
 Service inscription:
 Tel: 1544 (Prix d'une communication locale)
 Adressse: Free Haut Débit - 75371 Paris Cedex 08
Bonjour ,

Votre prélèvement mensuel à été refusé par votre établissement bancaire.  Afin de régulariser votre situation veuillez vous refferez ci-dessous :
Lors d'échec de régularisation de votre situation , nous procéderons a la supsension de votre ligne téléphonique . Cette intervention vous sera facturée.

Remarque : Pour régler votre facture vous devez le faire immédiatement en ligne par carte Bancaire avec votre compte client.
Une question sur votre facture ? 

Pour régler votre facture vous devez le faire immédiatement en ligne par carte Bancaire avec votre compte client.Contactez votre Service Client Free Mobile , depuis votre mobile (1ère minute gratuite, puis prix d'un appel décompté du forfait).

Cordialement
A très bientôt, équipe Free Mobile.

=================
Attention ! les fautes d'orthographes ne suffisent plus de nos jours pour découvrir les arnaques !

Sinon, nous auriez depuis longtemps dit au-revoir à votre banquier.


Ici c'est bien une arnaque et comme me l'écrit un correspondant :

Redoutable !

Comment voir l'arnaque ?
Simple. Passes le pointeur de ta souris sur le lien affiché et tu vois, en bas de ton écran en général, s'afficher le vrai lien. Et tu pourras voir que le lien actif n'a rien à voir avec le lien affiché.

Dans ton cas lien affiché :
https://mobile.fre....

Lien réel :
https://validationservice-client.pswebst....

mercredi 3 février 2016

Les jurons du capitaine Hadock

Pas tous !

Anacoluthe
Anthropopithèque
Astronaute d'eau douce
Bachi-Bouzouk
Bayadère de carnaval
Brontosaure
Catachrèse
Cercopithèque
Clysopompe
Crétin des Alpes
Cyclotron
Diplodocus
Doryphore
Ecornifleur
Ectoplasme
Flibustier
Garde-cote à la mie de pain
Hurluberlu
Iconoclaste
Jus de réglisse
Jocriste
Kroumir
Lépidoptères
Loup-garou à la graisse de renoncule
Macrocéphale
Malotru
Mameluk
Mégacyle
Mille sabords
Moule à gaufres
Nyctalope
Olibrius
Ophicléide
Ornithorynque
Oryctérope
Ostrogoth
Paltoquet
Paranoïaque
Patagon
Phlébotome
Phylactère
Polygraphe
Protozoaires
Pyromane
Pyrophore
Ravachol
Rhizopode
Sapajou
Saltimbanque
Satrape
Scélérat
Schizophrène
Scolopendre
Simili martien à la graisse de cabestan
Sinapisme
Soulographe
Tchouk-tchouk-nougar
Technocrate
Topinambour
Traine-potenc
Troglodyte
Vivisectionniste
Zapothèques
Zigomar
Zouave
Zoulou

Albert Algoud, Le Haddock illustré, Casterman

Les derniers articles du Platusseur

mardi 2 février 2016

C'est la chandeleur !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chandeleur

La fête de la présentation de l'enfant Jésus au Temple.

"La Présentation de Jésus au Temple est un événement de la vie de Jésus tel que relaté dans l'Évangile selon Luc (Lc 2:22s). Accomplissant une prescription de la loi juive - « Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur » (Ex 13:2,11-13) - les parents de l'enfant Jésus le présentent et l'offrent au Temple de Jérusalem. Il y est reçu par le vieillard Symeon."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sentation_de_J%C3%A9sus_au_Temple

"Le 2 février fut longtemps une date importante pour les paysans ce qui est commémoré par un grand nombre de proverbes. Cette date est traditionnellement celle de la Chandeleur, originairement une fête païenne célébrant la lumière remplacé par la fête chrétienne."

lundi 1 février 2016

Pédagogie. Nihil nuevi sub sole !

http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/01/25/quand-les-etudiants-concoivent-leurs-cours_4852910_4401467.html#xtor=RSS-3208


J'ai fait ça il y a au moins 20 ans (c'était avant les blogs) en "Année Post Premier Cycle"
 (APPC) à l'IUT pour un groupe d'une vingtaine d'étudiants.

Un cours par 2 étudiant. Je leur donnais toute ma doc, mes transparents, mes livres, etc. 

Mais ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Bien sûr, je répondais à leurs questions. 
Et ils avaient au moins un étudiant attentif et qui posait des questions : moi !
Ce qui faisait au moins trois personnes par séance qui savaient de quoi on parlait.
Ce qui est une excellence performance maintenant.



Ça a marché un an. L'année suivante quand j'ai demandé à la nouvelle promo s'ils voulaient,

 ils m'ont dit non. Ils savaient pas les anciens que c'était bien mais que ça demandait du travail !  
et savaient aussi que je n'avais pas le soutien des collègues. Bien vu !

Alors je ne manquais pas de montrer pour certains cours que j'utilisais certains transparents et
exemples donnés par des étudiants de l'année précédente.


Les vélocipédistes



1806554.jpeg
draisienne_dite_veelocipeedes_c116377.jpg

Informations communiquées par Yuya

Le retour des hobos en 2016 ?

Je viens de découvrir le terme "hobo" en lisant  "L'infréquentable Jules" de Ph. Hervouët sur Jules Grandjouan.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hobo

Ne pas confondre avec le Bobo !

vendredi 29 janvier 2016

James Martin n'est plus

http://lefenetrou.blogspot.fr/2008/11/james-martin.html
http://lefenetrou.blogspot.fr/2014/09/in-memoriam-alain-couturier.html

Je lis sur le site
http://www.jamesmartin.com/

que James Martin est décédé en 2013.

"James Martin was an inspiration to millions - an extraordinary intellect, with wide-ranging interests, boundless energy and an unwavering commitment to addressing the greatest challenges facing humanity. For 25 years Martin was the highest-selling author of books on computing and related technology. He wrote a record 104 books, many of which have been seminal in their field, and was renowned for his electrifying lectures about the future. He was a Pulitzer nominee for his book The Wired Society."

On lit encore :

" (he) provided the largest benefaction to the University of Oxford in its 900-year history in order to create the Oxford Martin School."

Tous les informaticiens du siècle dernier ont vu sa photo dans des journaux comme 01-Informatique. Il y annonçait ses conférences, lundi à Paris, mercredi à Tokyo... etc.
II se faisait payer parfois avec des tableaux de maîtres. Ce fut, à mon sens, le premier "évangéliste" de l'informatique.  Bien sûr, jamais mon établissement ne m'a payé une conférence de James Martin. C'était fait pour les "décideurs".

James Martin cite les avis sur ses conférences :

"is the High Priest of Cyberspace"
" the Alvin Toffler of business guru"
" the pundit's pundit"

Le terme n'était pas encore utilisé. Et j'avais utilisé ce terme de manière humoristique à l'époque. Et des années plus tard, avec l'arrivée de l' "Object" quand le "Structured" eut recouvert tout et n'importe quoi, on a vu aussi arriver les "objects evangelists". C'est ainsi qu'ils se sont appelés.
"An Object Evangelist is someone that preaches the benefits of ObjectOrientation to the masses. An Object Evangelist is half salesperson and half teacher" peut-on lire sur la Toile.

 Je n'en étais pas plus fier pour ça !

https://en.wikipedia.org/wiki/Technology_evangelist

Maintenant il y a bien sûr des "cloud computing evangelists".  Et des "chief evangelists" ! Le pape a des concurrents.

Et voici ce qu'écrit un évangéliste français :

"C'est par l'évangélisation de notre vision et de nos solutions que nos entreprises françaises et européennes pourront s'imposer, se différencier et apporter aux clients des solutions plus en phase avec leurs besoins et convictions.
Donc, oui, l'évangélisation est adaptée à la France : elle est même nécessaire à l'essor de ses entreprises technologiques."

Et dire que je n'ai été que sectaire ! ben oui. Certains se souviennent peut-être du révérend Moon, celui qui baptisait des stades entiers de "foloweures" comme on dit chez Face de bouc. La "secte Moon" - le terme secte était manifestement péjoratif - faisait la une des journaux télévisés. Eh bien, j'avais mis au point la "méthode Moon", "Méthode Orientée Objets Normalisés", une synthèse de l'approche en termes de processus séquentiels et d'une approche en termes de relations normalisées. Avec des collègues, une marque a même été déposée auprès de l'INPI. Comme quoi, c'était du lourd !
La méthode qui mariait deux paradigmes. Le mariage le révérend Moon connaissait :



Il est amusant de lire par exemple cette discussion de collaborateurs de Wikipedia :




jeudi 28 janvier 2016

Venue du Pdt iranien en France, La statue voilée de la Vénus de Milo, vous est découverte ici

Nous avons déjà parlé des réactions des Aquitains au voilage des statues lors de la visite du Pdt iranien en France

https://leplatusseur.wordpress.com/2016/01/27/les-aquitains-reagissent-a-la-reception-du-pdt-iranien-par-notre-francois/

Nous pouvons aujourd'hui, en toute exclusivité, vous montrez ce que cache le voile posé sur la statue de la Vénus de Milo au Louvre.



Quant à la Sainte-Chapelle, il n'a pas été besoin de censurer


P.S.

"Comment empêcher la victoire du clan Rohani aux élections législatives du 26 février ? Les conservateurs ont trouvé la parade : invalider les candidats du président Rohani. Faute de quoi la majorité des 290 sièges du Parlement semble être acquise au chef d’Etat iranien qui profite de la levée des sanctions économiques.

Mais face à cette embellie, les conservateurs iraniens ne restent pas inactifs. Ainsi, la Commission centrale de surveillance des élections a rejeté la candidature de plus d’un candidat sur deux. Le clan réformateur a, comme par hasard, été le plus sanctionné par cette instance contrôlée par les conservateurs.

Sur 3000 candidats sur l’ensemble du pays, 30 ont été acceptés, s’étrangle Hossein Marachi, un responsable réformateur. Sur Téhéran, les partis doivent présenter une liste de 30 candidats. Pour les réformateurs, seulement quatre ont été retenus."

mercredi 27 janvier 2016

 
Site Meter