mercredi 11 février 2009

Les amphis de médecine et le business

Une pratique qui manifestement ne fait pas scandale : les amphis de 1ere année de médecine avec le bordel (et une vice pdte de la Conf des Pdt d'U vient de rappeler que c'est bien de prendre en compte la pédagogie car cela a permis de mettre en cd les cours de 1ere année de médecine à Grenoble et permettre ainsi....étant donné le bordel dans les amphis) ... et les cours privés en face de la fac (à Nantes en tout cas) ...et les profs qui y émargent m'a-t-on dit.
On m'a dit que les étudiants n'ont plus le droit de rentrer dans l'amphi avant l'heure de début du cours (ils faisaient la queue pour pouvoir être devant ! ils en ont de la chance les profs en médecine ! ils devraient aller dans les amphis d'autres facs)
Et je viens d'apprendre par une étudiante qui a sa fille en médecine que pour l'internat avec concours national...des préparations privées avec les profs qui font leur tour de France des centres privés !

Pour le premier cas, on m'avait dit : "tu ne savais pas ! mais tu es innocent !"

Tout cela est-il faux ? On m'a raconté des c... ? Ou est-ce très rare ? Ou ça a existé mais peu de temps ? ou ... ?

4 commentaires:

madame de K a dit…

Mademoiselle de K N°1 est étudiante en première année de médecine à Orsay (91). Il y a quelque chose comme 800 inscrits. Les cours se déroulent simultanément dans 2 amphis, un avec prof et un avec télé !
Mais ce que je trouve bien c'est que les élèves de 2e année organisent un système de tutorat avec examens blancs, correction et classement toutes les semaines. Pour justement rétablir l'égalité et aider ceux qui n'ont pas les moyens de faire de prépa privée. J'ai trouvé l'idée généreuse et républicaine ;-)

Marie a dit…

Non, ce n'est pas une blague, ce n'est pas un rêve, ce n'est même pas un scandale.
Effectivement, ce système existe. Comme existe des profs privés qui aident les petits collégiens/lycéens en difficultés dont les parents ont les moyens et l'envie de se préoccuper.
Et un système de tutorat existe dans chaque fac, gratuit ou peu cher, organisé souvent par des étudiants volontaires plus ou moins aidés par la fac. En première année en tout cas.
Après, pour la fin de 6e année, le fameux concours de l'internat (rebaptisé ECN), nous sommes aussi très nombreux à vouloir être bien classés, pour avoir le plus de choix possible. Ce sur quoi les boites privées rebondissent pour se faire de l'argent, qui leur en voudrait dans ce monde de brutes, hein ?
Et puis des fois, les étudiants les soutiennent, malgré toute leur éthique et leur amour de l'équité républicaine, parce que la motivation et la formation uniquement dispensée par les profs peut s'avérer insuffisante. Sans doute pas partout, pas toujours... Chez nous, on est chanceux, les internes organisent un système de "tutorat" comme en première année qui nous a permis de rester longtemps une des rares fac sans boite privée pour l'internat. Mais les choses changent, que voulez-vous...
Ceci dit, dans l'exploitation des sous des étudiants en médecine, on pourrait s'insurger contre les maisons d'éditions de bouquins d'internat qui se fond des testicules en or sur notre dos, ou de l'Hôpital Public Universitaire qui nous paye autour de 50 centimes de l'heure pour notre travail hospitalier...

Continuez de vous indigner, donc, il y a matière ;-)

Aredius44 a dit…

Ce qui me choque (mais je suis trop sensible ! ) c'est le bordel dans les amphis...justifiant des pratiques... Pourquoi ce bordel ?
Ce qui me choque c'est qu'il y a 40 ans un fils de valet de ferme pouvait devenir chirurgien... et aujourd'hui ?

Aredius44 a dit…

Ma dernière phrase est mal foutue...j'espère que le lecteur aura fait l'interprétation qui me convient !

 
Site Meter